mardi 7 février 2017

ET SI CA VENAIT DU GLUTEN ?

Dans les facteurs d’intolérance au niveau digestif, il y a notamment la protéine du blé avec le gluten. Le gluten, selon Philippe BARAQUE, chercheur et universitaire, est un constituant de farines de céréales panifiables comme le blé, l’avoine, l’orge et le seigle. Quand on parle d’intolérance au gluten, il s’agit d’une hypersensibilité de l’organisme à certaines protéines céréalières le plus souvent mutées et cuites comme le pain, les pâtes, les gâteaux, etc. Grâce à leurs structures spiralées et élastiques, ces protéines apportent aux produits de boulangerie du moelleux et une excellente cuisson. C’est pour cela que la teneur en gluten des variétés céréalières est en perpétuelle augmentation depuis des décennies.
 
Photo: Fotolia
Pour Marion KAPLAN, bio-nutritionniste et élève du Dr KOUSMINE, le gluten ou gliadine veut dire colle. On parle d’intolérance quand la sensibilité est retardée (à contrario de l’allergie dont la réaction est immédiate). La réaction peut se manifester dans les 3 jours : ballonnements, colite, gaz, fatigue, insomnie, migraines, etc. Selon Marion Kaplan, la maladie coeliaque est la forme la plus grave de l’intolérance au gluten car elle génère des affections irréversibles : comme ostéoporose, diabète, thyroïdite, cirrhose du foie, cancer digestif.
Toujours, selon Marion Kaplan, le gluten contient beaucoup d’acides aminés qui ont la propriété de gêner le fonctionnement des enzymes digestives
Par dégradation incomplète, le gluten peut fournir de nombreux péptides (petites protéines) qui passent dans la circulation sanguine, du fait d’une trop grande perméabilité de l’intestin. Par la suite, ces peptides atteignent les récepteurs du cerveau sous forme d’opioïdes et peuvent générer des maladies psychiatriques graves : autisme, schizophrénie, hyperactivité, dépression, sensation d’être dans le brouillard, dans le coton, indifférence.

Pour Philippe BARAQUE la manifestation de l’intolérance au gluten se manifeste :

ü  Chez le nourrisson et le jeune enfant : par des selles molles et fréquentes, des diarrhées, des pertes d’appétit, une chute de la courbe de poids, voire un état dénutrition et de déshydratation si le diagnostic n’est pas posé rapidement.

ü  Chez l’adolescent et l’adulte : la malabsorption entraîne une fatigue chronique provoquée par des carences vitaminiques, des troubles gastro-intestinaux (douleurs abdominales, digestion difficile, diarrhées, selles molles, reflux gastro-oesophagien), des problèmes articulaires (arthrose), des fractures (ostéoporose), des troubles neurologiques (maux de tête, dépression), dermatologiques (alopécie, dermatite herpétiforme), stomatologiques (stomatite aphteuse), des cancers.

5 règles sont à appliquer pour Philippe BARAQUE pour un régime sans gluten :
1.    Supprimer le pain (on trouve malgré tout dans certaines boulangeries bio et boutiques bio du pain sans gluten)
2.    Eliminer tous les aliments contenant du gluten
3.    Lire systématiquement les étiquettes des produits
4.    Réserver une armoire de la cuisine aux produits de base sans gluten
5.    Cuisiner « maison » et manger bio (sans gluten)

Sources : « Alimentation sans gluten ni laitages, sauvez votre santé » de Marion KAPLAN (Jouvence éditions) et «  Et si c’était le Gluten ? » de Philippe