mercredi 23 novembre 2016

CERVEAU – INTESTIN - MICROBIOTE

Rob KNIGHT est professeur titulaire en pédiatrie, en informatique et sciences de l’ingénierie. Il est aussi directeur du programme de recherche sur le microbiome, Microbiome Initiative à l’université de Californie (San Diego) et cofondateur des projets American Gut et The Earth Microbiome Project. Il a rédigé un ouvrage «  Les grands pouvoirs des bactéries » avec Brendan BUHLER édité chez Marabout.
Photo: Hobbitfoot-Fotolia.com 
Une partie du livre est consacré à l’axe cerveau - intestin ou comment les microbes ont un impact sur l’humeur, l’esprit et bien d’autres choses encore.
Photo: Fotoliaxrender
Extraits choisis :“Même si cela vous semble complétement fou, de plus en plus d’études tendent à prouver que l’ensemble des microbes qui nous habitent contribuent à faire que nous devenions tel homme ou telle femme physiquement, moralement et intellectuellement…Les microbes qui vivent dans nos intestins n’interviennent pas simplement dans la digestion des aliments, l’absorption des médicaments ou encore la sécrétion de certaines hormones. Ils interagissent aussi avec notre système immunitaire et ont, de ce fait, une influence sur notre cerveau. L’ensemble de ces interactions est appelé « axe cerveau-intestin-microbiote ».

Découvrir ce qui se cache derrière cet axe pourrait nous permettre de comprendre également les causes et les évolutions des troubles psychiatriques et les dysfonctionnements du système nerveux.
Par exemple, on sait aujourd’hui qu’une réaction inflammatoire est impliquée dans la dépression…Très récemment, des chercheurs ont établi une relation entre le microbiote et la dépression chez les humains. En effet, ils ont découvert que les bactéries du genre Oscillibacter produisent une substance chimique qui agit comme un tranquillisant naturel, imitant le neurotransmetteur le GABA, réduisant l’activité nerveuse dans le cerveau et pouvant favoriser les risques de dépression.

On sait depuis longtemps que certains microbes présents  dans la terre comme Mycobacterium vaccae ont un impact sur le système immunitaire. Pour certains chercheurs, ces bactéries pourraient être utilisées comme des vaccins pour lutter contre le stress et la dépression. Pour Graham ROOK, de l’université de Londres, ne plus être en contact avec « nos vieux amis » - ces microbes qui vivent dans la terre et auxquels les hommes ont toujours été exposés, jusqu’à ce que nous nous en protégions en vivant dans des milieux aseptisés - pourrait expliquer l’augmentation constante du nombre de maladies liées à une inflammation comme le diabète, l’arthrite, voire la dépression….
Les bestioles microscopiques qui vivent dans nos intestins peuvent également avoir un impact sur la manière dont nous agissons et pensons….

Nous avons tous, un jour ou l’autre, remarqué que notre alimentation a un impact sur notre humeur. Dans la mesure où ce que nous mangeons modifie le microbiote, on est en droit de penser que certains des effets bénéfiques sont dus aux espèces microbiennes qui vivent dans nos intestins.

La pratique du Chi Nei Tsang (énergétique chinoise taoïste du ventre) peut constituer une réponse à des dysfonctionnements du ventre. Formé et certifié par Gilles Marin, je donne des séances en Aquitaine, plus particulièrement en Gironde à Bordeaux et à Gujan-Mestras. Consultez également http://www.yvan-wemaere.com/